Chaque matin, Haffi notre chauffeur et Anne-Claire notre guide, viendront nous prendre à 9h pétantes au pieds de notre hôtel, pour partir en balade.

Aujourd'hui le vent souffle encore plus que la veille. Une tempête arrive et nous devrons impérativement être à l'abri dans notre prochain hôtel, avant que celle-ci ne nous rattrape. Nous fuyons presque Reykjavik qui va être balayée la première par des rafales prévues jusque 164 km/h...

Je vous plante le décor avec des photos prises à travers les vitres du car.

IMG_1106

Ici, les véhicules sont tous munis de pneus clous.

IMG_1107

IMG_1111

Hi hi hi, on voit que nous ne sommes pas en France, ça roule et ça roule même très bien...
Il faut dire que les Islandais sont habitués, équipés et organisés. Ça aide.

IMG_1114

IMG_1115

Ces petits chevaux Islandais sont l'unique race chevaline originaire d'Islande. Probablement sont-ils les descendants directs des montures amenées en bateau par les Vikings. 

IMG_1119 

La sélection naturelle leur a permis d'acquérir une grande résistance aux conditions climatiques locales.
Leur utilisation est multiple : gardiennage des moutons, courses, concours, viande, loisir...

IMG_1120

Leur particularité ? Posséder cinq allures, soit le tölt et l'amble en plus du pas, du trot et du galop.
Pour les curieux, j'ai trouvé une page sur le net qui montre bien les différences.

IMG_1123

IMG_1131

Là, ce sont des chamallow à trolls.

IMG_1135

Oui, les terres d'ici regorgent de créatures mythiques dont les plus connues sont les trolls et les elfes du huldufólk, le peuple caché. Certains prétendent même les voir ou leur parler. Ils habitent les rochers et les collines.

b_1_q_0_p_0 (3)

IMG_1136

C'est au lac Laugarvatn, que se fait notre premier arrêt.

panoramique lac

Il fait froid dehors et pourtant vous pouvez vous y baigner. Regardez la température de l'eau affichée sur la pancarte (32°)
Il faut juste affronter le petit vent très vivifiant le temps d'entrer ou de sortir de l'eau.

IMG_1146

La géothermie est un élément essentiel sur cette île.

IMG_1152

Découverte de la cuisson du rúgbrauð dans le sable chaud : la pâte est mise dans un guinchon bien fermé, que l'on enfouit dans le sable.

IMG_1162

Et quand c'est cuit,

IMG_1166

on le ressort bien sur.

IMG_1167

Il n'y a plus ensuite qu'à déguster.

IMG_1172

Le rúgbrauð est une sorte de pain d'épice qui se déguste encore chaud, avec du beurre demi-sel étalé dessus. Sympa !

IMG_1178

Forcément, l'eau de ce lac est chaude

IMG_1158

et permet de faire cuire d'autres choses

IMG_1169b

comme des oeufs durs. 13 mn et le tour est joué. Mais ici, attention de ne pas y mettre le doigt, sinon vous allez vous brûler !

IMG_1171

Un peu plus tard, nous arrivons sur le site de Geysir pour observer le geyser Strokkur.

IMG_1186

Celui-ci jaillit à peu près toutes les 5 à 8 minutes.

IMG_1188

Et me voici à l'affut avec mon Canon, pour déclencher pile aux bons moments. 
Je ne vous cache pas qu'il m'a fallu m'y prendre à plusieurs reprises avant de parvenir à mes fins.

Bulle annonciatrice. Admirez ce turquoise !

IMG_1196

Elle éclate

IMG_1191

et l'eau chaude jaillit.

IMG_1193

La gerbe peut atteindre jusqu'à 20 mètres de haut.

IMG_1192

Je vous le refais, mais en vidéo cette fois-ci : 

En fait, ça bouillonne et ça fume un peu partout dans le coin.

IMG_1183b

S'agirait-il de baignoires pour Trolls ?

IMG_1198

Juste au passage, visez un peu la taille des 4X4 ici !

20180223_130907

Timing oblige, nous devons remonter dans le car et poursuivre notre route. 

IMG_1206

Vous rappelez-vous que nous avons une tempête aux trousses ?

IMG_1207

Elle se rapproche sérieusement lorsque nous arrivons à Gullfoss (la chute d'or - hauteur 32m et largeur 70m)

J'emploierai 4 mots dans un ordre bien précis, pour décrire la suite : étonnant, amusant, impressionnant et flippant... 

J'ai pensé à un moment faire demi-tour et renoncer à la cascade, mais j'étais si près du but que j'y suis quand même allée avec grand peine et je ne le regrette pas.

IMG_1214

Mais pourquoi donc a-t-elle hésité vous demandez-vous ?

Parce que je n'avais jusqu'alors encore jamais vécu de bourrasques aussi puissantes. Impossible d'avancer par moments et au retour, vent dans le dos, c'est comme si j'avais mon gmp en route sur les épaules, mais sans la poignée des gaz pour gérer la poussée.

Regardez bien le clip qui suit, en plein écran. 

J'y ai mis la mention "droits réservés" par précaution, afin d'éviter de la retrouver dans des extraits du web, lors d'un journal TV. Je n'ai aucune prétention, mais on ne sait jamais, je ne connais pas les gens qui sont dessus.

C'est plutôt en retard sur l'horaire que le car redémarre.  

A un moment, une tempête de neige fait disparait le paysage. Les vitres sont blanches et semblent avoir perdu toute transparence.

A plusieurs reprises, le long véhicule est fortement secoué par les rafales de vent... Mais j'ai confiance en Haffi. Il a l'habitude et conduit prudemment.

Quand enfin nous arrivons à l'hôtel Stracta, à Hella, nous pouvons alors contempler le déluge en toute sécurité. 

Voici une extraction du site météo Ventuky, faite vers 18h.

ventusky